Carte routière des camions autonomes

Le congrès mondial ITS, qui s’est tenu à Bordeaux au début octobre, regroupait sous une même enseigne à peu près tous ceux qui s’intéressent aux véhicules autonomes, des voitures aux camions lourds en passant par les navettes pour quelques passagers. Pour l’édition 2015, ce sont quelque 10 000 visiteurs, 3500 congressistes et 300 exposants de plus de 100 pays qui étaient au rendez-vous.

On définit par véhicule autonome tout véhicule capable de rouler automatiquement et en toute autonomie, sans l’intervention d’un être humain. Que de chemin parcouru depuis deux ans… Alors qu’en 2014, lors de la conférence PIT tenue à Toronto, le terme même de camion autonome surprenait, tous les manufacturiers possèdent maintenant leur propre version de véhicule autonome. Deux ans plus tard, on pourrait presque participer à des conférences sur les camions autonomes à tous les mois. Mais qu’est-ce au juste qu’un camion autonome?

En fait, on classe les camions autonomes en cinq niveaux d’autonomie, qui s’échelonnent de aucune à pleine autonomie, en passant par une autonomie conditionnelle, situation qui se rapproche plus du pilote automatique dans un avion. On amène le camion sur la route à sa vitesse de croisière et, de là, il passe en mode autonome. Tant qu’on n’intervient pas où que le contrôle du camion revient au conducteur, le camion roule en mode autonome. C’est exactement le genre de système que Freightliner et Mercedes (des cousins de la famille Daimler) ont présenté tour à tour en Europe et en Amérique au cours de la dernière année.

Mais quand verra-t-on ces véhicules sur nos routes? Le graphique ci-après présente une compilation, effectuée auprès de divers manufacturiers, sur les estimations de déploiement des véhicules autonomes au cours des prochaines années. Il résume les divers niveaux d’autonomie par « Je conduis », « Nous conduisons » et « Il conduit ». Comme l’indique la figure, les manufacturiers de véhicules prétendent que nous sommes encore bien loin d’un véhicule totalement autonome. On parle facilement de la fin des années 2020, voire le début des années 2030!

Mais ne nous laissons pas leurrer :

  1. Il y a deux ans, c’était encore de la science-fiction et on en voit maintenant sur la route.
  2. Se pourrait-il que, pour des raisons de concurrence, les manufacturiers soient plus avancés qu’ils veulent bien le laisser entendre? Et qu’ils annoncent tous qu’ils sont à des décennies du succès?
  3. On laisse aussi entendre que ce n’est pas le volet technologique qui sera complexe, mais plutôt les volets social, législatif et administratif… Serions-nous en train de créer des camions ultra sophistiqués qui n’ont pas droit de présence sur les routes?

Bref, le futur des véhicules autonomes s’annonce très intéressant et nous devons rester alertes car, tôt ou tard, nous croiserons sur notre route un véhicule sans conducteur. Nous restons à l’affût des avancées technologiques dans ce domaine; soyez assurés que nous vous informerons de tout nouveau détail.

Carte routière Vehicules autonomes